Portés disparus – Le COVID se prouve, la détresse s’éprouve

Au printemps 2020, le temps s’est arrêté. Car la tragédie à laquelle le monde assiste depuis des mois est sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale. Le taux de chômage connaît une hausse fulgurante.

Quantité
18.95$

Description

Au printemps 2020, le temps s’est arrêté. Car la tragédie à laquelle le monde assiste depuis des mois est sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale. Le taux de chômage connaît une hausse fulgurante. L’économie mondiale est plongée dans une crise profonde. Les dépenses publiques explosent. Les pays connaissent des déficits historiques. Le nombre de décès dus au coronavirus ne cesse d’augmenter. La hausse des hospitalisations liées au COVID-19 inquiète la majorité des gouvernements du monde. Car la capacité des lits en soins intensifs ou en réanimation est presque saturée. La pression sur les hôpitaux et le système de santé fait donc craindre le pire.

Mais au centre de cette pandémie, il y a tout d’abord des personnes qui partagent des émotions et des inquiétudes. Il y a aussi des enjeux de nature éthique, socioéconomique, juridique, sanitaire et politique. Les libertés individuelles et l’intérêt général. Le confinement des personnes et les problèmes de santé mentale. La distribution et l’accès au vaccin. L’urgence sanitaire, la sécurité de la population et l’atteinte aux droits et libertés. La protection de la vie privée, l’information et la désinformation. Les inégalités socioéconomiques et intergénérationnelles. Le vaccin, le passeport vaccinal et le droit des personnes de choisir ce qu’elles pensent être le meilleur pour leur santé. Le télétravail et la cybersécurité, etc.

Et en plus de la détresse engendrée par la pandémie de COVID-19, le confinement, pendant de nombreuses semaines, a fait naître chez certaines personnes des réminiscences du passé. Mélissa conteste le confinement qui lui est imposé en raison de son âge. Mattéo s’inquiète pour sa mère dont il n’a eu aucune nouvelle depuis l’éclosion de COVID-19 dans son établissement de soins. Le stress lié au confinement que vivaient Éric et sa conjointe a eu raison de leur relation de couple. Le retour précipité de Thomas au pays l’a plongé dans un désarroi sans précédent. Les études à distance ont provoqué chez Justin, Pascal, Mozart et Maxime du désespoir et elles ont ravivé des souvenirs du passé.

Tous fuyaient quelque chose qui s’est manifesté avec le confinement. À cause de cette détresse psychologique, qu’ont-ils vécu ou revécu ? En plus de la détresse, l’absence de quoi au juste ? Après La deuxième agression et La valise des autres, l’auteur nous présente ici le dernier roman de sa trilogie : « Différents chemins menant à la rencontre de soi ».

Philippe G. Hébert est originaire de la région du Madawaska. Il a fait des études supérieures de droit, d’éthique, de gestion, de philosophie, de service social et de droit notarial. Il a fait carrière dans l’entreprise privée. Il se passionne pour le savoir et les mots, car sans les mots, il n’y a ni savoir ni histoires à raconter.

Informations complémentaires

Poids 0.130 kg
Dimensions 18.50 × 13 × 0.70 cm
Auteur

Date de publication

Nombre de page

ISBN

Éditeur