La violence verbale n’est peut-être pas visible à l’oeil nu, mais elle est tout aussi néfaste
que la violence physique. Poutchi, le petit lapin,
vit différentes situations avec ses amis et découvre la portée
« des mots qui blessent ».

L’auteur, formé en adaptation scolaire, a oeuvré dans le domaine de l’éducation, notamment en tant qu’enseignant-ressource, enseignant, directeur adjoint, directeur d’école et agent pédagogique. En tant qu’agent, l’auteur s’est occupé, entre autres, du dossier du milieu propice à l’apprentissage, travaillant ainsi conjointement avec les intervenantes en milieu scolaire. En écrivant l’histoire de Poutchi, l’auteur a voulu offrir aux enfants et aux adultes un outil qui leur permettra de discuter de la problématique de la violence verbale.