Marie Rose Roy est née à Laplante, au Nouveau-Brunswick.

Deuxième d’une famille de quinze enfants, elle a exercé tout d’abord plusieurs métiers : caissière, vendeuse, barmaid, secrétaire, travailleuse autonome, avant de répondre à sa vocation et de trouver sa place comme préposée aux soins auprès des malades.

Durant toutes ces années, Marie Rose consacre son temps à s’occuper seule de ses deux enfants. Les difficultés de la vie qu’elle rencontre ne font que la rendre plus forte.

Après avoir vécu 40 ans dans la province de Québec, Marie Rose revient en Acadie.

Dans son autobiographie Croyant me tuer, tu m’as ressuscitée, l’auteure partage avec nous les périodes sombres de sa vie et son cheminement vers des jours heureux.

Je te voyais comme l’homme idéal, le prince charmant.
Tu m’as séduite avec tes belles paroles, puis un jour, le masque est tombé.
Tu es devenu odieux avec moi. Mais rien n’y paraissait, puisque tu étais adorable avec les autres.
De la violence verbale, tu es passé à la violence psychologique
et par la suite, tu as franchi la barrière de la violence physique.
Je suis devenue ta victime.
Tu te plaisais à m’humilier en public pour te valoriser.
Tu as rendu ma vie infernale.
Tu prenais mon argent pour être certain de me contrôler
et pour t’assurer que j’avais besoin de toi.
Tes colères se multipliaient de jour en jour et moi je m’isolais de plus
en plus, jusqu’au moment où j’ai vu la mort de près.
Ce jour où ta violence a dépassé ton raisonnement, ce jour où
tout est devenu noir, ce jour où mon sang s’est glacé.
Ce jour-là, tu m’as ressuscitée et j’ai commencé à t’échapper.