Robin LeBlanc et Nicolas Basque – Sur l’an premier pour danser

Quantité
17.55$

Description

BIOGRAPHIE

Ce projet a commencé en 1999 dans un pub irlandais à Poitiers, en France, alors que des musiciens m’ont demandé d’où je venais. En leur disant que j’étais Acadien, un des musiciens me passa son violon. À leur grande déception, je leur annonçai que je jouais du piano depuis l’âge de 5 ans mais que je ne jouais pas de violon. Dès mon retour au Canada, je me suis acheté un violon et je suis allé voir mon grand oncle Ira LeBlanc du Village du bois à Memramcook Est. Je voulais apprendre les pièces jouées par mon arrière-grand-père Fériole LeBlanc et de son père Ivet à Dominique à Saintdoux, comme celles jouées à la fête de six ans d’Emma en 1906, la femme à Fériole. Ou encore la Théotime à six-pouce, le père d’Éric LeBlanc, un violoneux qui jouait des danses lorsque ma mémère Florence LeBlanc était jeune (Florence à Henri à Dominique à Bourg). Quand j’étais petit, mon père Charles me disait qu’on était des Saintdoux. J’étais Robin à Charles à Edgard à Fériole à Ivet à Dominique à Saintdoux. Selon ma Mémère LeBlanc « les Saintdoux jouait si souvent de la musique qu’i faisions une danse à chaque fois qu’i tuions une poule dans le village ». Mon grand oncle Ira LeBlanc m’a montré la marche à Bonaparte et un air que mon arrière-arrière-grand-père Ivet jouait.
Après un voyage en Louisiane chez les Michot de Lafayette, j’avais le sentiment que j’avais assez voyagé, j’avais envie de découvrir ma région, c’est-à-dire le golfe du Saint-Laurent. Je suis parti aux Îles-de-la-Madeleine au mois de décembre 2002. J’ai passé de belles soirées à écouter Avila LeBlanc parler et jouer du violon. C’est de lui que j’ai appris à jouer en vielles (AEAE).
De retour des Îles, j’ai passé beaucoup de temps au centre d’étude acadienne à fouiller dans les archives. J’ai découvert deux cassettes de mon arrière-grand-père Fériole et aussi des violoneux comme Gustave McLaughlin, Josèphe-Marie Albert (Jos l’aveugle), Célestin Landry, Firmin Mallet et bien d’autre.
L’été 2002, j’ai fait la rencontre de Robert Lavoie, à l’époque violoneux du Village acadien de Caraquet. C’est grâce à une frotteuse (reel pour faire giguer) que Robert m’a montré que j’ai pu décortiquer par la suite la Brandy à Gustave. Je travaillais moi aussi au village et je passais toutes mes journées avec lui afin d’apprendre plusieurs vieilles tounes des différentes régions et surtout de sa famille comme Vital Chiasson « Chabord » l’oncle à Baptiste à Ned, Nazaire et Sarazine, sa tante qui turlutait cet air pour endormir les enfants. Sur l’album, la première pièce du set en vièle est une toune que Robert a appris de Catherine à Ben et qu’elle-même a apprise du vieux Joe « crapeau » Chiasson. La plupart de ces violoneux sont du coin de Saint-pons dans la péninsule acadienne au nord-est du Nouveau-Brunswick.
À l’automne 2002, en marchant le sentier international de la Gaspésie avec mon violon sur le dos, j’ai rencontré Édouard Richard et Jean-Jacques Denis qui m’a montré les reels de son grand-père.
Quelques années plus tard, en jouant la reel de la ripitchoune, mon voisin m’a dit que son grand-père jouait cette reel-là. C’est alors qu’il sortit une vieille cassette de Firmin Mallet de son grenier. C’est sur cette cassette que j’ai appris les pièces numéro 4b, 15c et 22.
Cet album est dédié à la musique jouée sur l’an premier. Ces vieilles « tchounes »  toutes issues du patrimoine immatériel acadien et possiblement jouées avant l’avènement de la radio entre la fin du 19e et début du 20e siècle et peut-être même plus anciennes, sauront vous faire taper du pied et peut-être même danser. Cet album « live » a été enregistré dans la cuisine d’été de la maison à Robin datant de 1877 et on a voulu que la prise de son du violon et des pieds soit la plus authentique possible, c’est-à-dire un son typique de l’époque des maisons du Village historique acadien.

CHANSONS

  1. Joe « Crapeau » b)André à Toto comme David c)Reel trad. AcadienneReel en trois parties à J.-J. Denis
  2. Reel en trois parties à J.-J. Denis
  3. Fils à Stanislas, Nazaire et Albert Richardson (Nazaire)
  4. 5/4 à Fériole et reel en Gm à Fériole
  5. Jig à Chabord, Jig des Vinette, Claude Austin no. 2, Freddy Brown
  6. Reel à Chabord et frotteuses à J.-J. Denis
  7. Set de la grondeuse d’Évangeline
  8. Marche à Bonaparte et air triste à Fériole comme Ivet à Dominique
  9. Reel en trois parties croches à Edmond
  10. Sarazine
  11. Brandy à Gustave McLaughlin
  12. Ti-George et Grondeuse à Ben
  13. Reel à Jos Saulnier
  14. Suite croche en A à Firmin Mallet
  15. Jig à Claude, Baptiste à Ned en G, Jig irlandaise à Firmin
  16. Reel à bouche de la mère à Robert
  17. Reel à Gustave, Césaire Fournier et Reel de Leech
  18. Reel LeBlanc, Frotteuse à Cabine à Charles et Reel à Pierre Benoît comme Gustave McLaughlin
  19. Set à Célestin Landry
  20. Reel à Emma, Reel à Fériole et Théotime à six-pouces
  21. Jig triste à mame
  22. Irlandaise à Firmin
  23. Patte de mouton
  24. Reel en vièle au père d’Étienne Larocque (reel du Grand-père, du père, du fils et de la fille

Informations complémentaires

Poids 0.035 kg
Dimensions 12.75 × 12.50 × 0.5 cm
Sortie