Gisèle est la quatrième d’une famille de six enfants dont le père était forgeron. Avec une joie de vivre et un dynamisme débordant qu’on lui reconnaît encore aujourd’hui, elle occupa son premier emploi au Sanatorium de Saint-Basile alors qu’elle n’avait que 15 ans. Elle fut employée au Foyer Notre-Dame de Saint-Léonard en 1979 comme proposée aux soins, et devint ensuite directrice des activités jusqu’à sa retraite en 1997. Dès l’âge de six ans, elle dut apprendre à vivre sans la présence de sa mère. Entourée de l’amour de son père, elle franchit chaque étape de sa vie en gardant en mémoire les valeurs profondes que celui-ci lui a inculquées. D’un premier mariage, elle deviendra mère de trois enfants, qui deviendront sa raison de vivre.

Ce soir-là, Camilla et moi avons décidé de nous aventurer plus loin dans la cour. Avec notre toboggan, nous montons sur la plus grosse butte de neige qui recouvre une grosse pile de bois.

Nous nous préparons pour une belle longue glissade. Je m’assois la première en avant du toboggan avec Camilla en arrière. Comme on se donne un bon élan pour descendre, un camion revenant de l’étable avec une charge de bidons de lait croisa notre route. Je me souviens d’être passée entre les roues du camion, mais mon amie s’est fait frapper. Le camion s’arrête aussitôt. Les autres filles tout autour criaient : «Un accident, un accident !» Le conducteur et un autre monsieur nous ont prises dans leurs bras et nous ont portées au couvent.