Clarence LeBreton, originaire de Caraquet, est présentement directeur général du Village Historique Acadien et sous-ministre adjoint au ministère du Tourisme et des Parcs du Nouveau-Brunswick.

En plus d’avoir été professeur d’histoire à l’éducation permanente du Centre universitaire de Shippagan pendant dix-sept ans, il a publié aux Éditions du Fleuve quelques ouvrages sur l’histoire de sa région, notamment Le Collège de Caraquet et Histoire de la Caraquet GuIf Shore Railway.

Toujours impliqué dans son milieu, il est présentement le président du Conseil d’administration de L’Acadie Nouvelle, seul quotidien francophone des Maritimes, ainsi que de celui d’Acadie Presse. ll a également été, dans le passé, membre du Conseil d’administration de la Société Radio-Canada et conseiller municipal et scolaire pour la région de Caraquet.

Louis Mailloux — I5 janvier 1875

« […] Dans le cadre de notre histoire, a-t-on affaire à deux sociétés dans Caraquet? L’une agricole, obéissante et spectatrice; l’autre vivant de la pêche, endettée et révoltée?

Un fait demeure. C’est cette dernière qui menace les intérêts des marchands anglophones du village et qui pousse Sarah Young à avertir son mari sur un ton qui frise l’hystérie.

L’histoire nous a donné au cours des siècles beaucoup d’exemples où le paysan, trop pressure par son seigneur, se fâche et détruit tout ce qui appartient à celui qui l’exploite ; cela s’appelle une jacquerie. Beaucoup d’indices pourraient nous inciter à examiner cette hypothèse dans le cas de l’émeute à Caraquet, le 15 janvier 1875. Mais poursuivons…»