Louis Haché, natif de Saint-Isidore dans la Péninsule acadienne, a été professeur à l’École normale provinciale et traducteur au Bureau de traduction du Nouveau-Brunswick. La maîtresse d’école est le troisième roman de sa trilogie ; ce roman fait suite à La Tracadienne, publié aux Éditions d’Acadie en 1996, et à Le desservant de Charnissey, édité par les Éditions de la Francophonie en 2001. En 1979, il recevait le prix littéraire France-Acadie pour son roman Adieu, P’tit Chipagan. Il fut également lauréat, en 2001, du prix L’Acadie entre les lignes de Radio-Canada pour son roman Le desservant de Charnissey. Louis Haché a aussi publié plusieurs articles dans la Revue d’Histoire Nicolas-Denys de la Péninsule acadienne.

Un prêtre se donne au diocèse de Chatham dans l’intention de découvrir sa mère naturelle, une Acadienne. Cependant, dès que l’abbé Degrasse est nommé curé de la réserve indienne de Busintac et desservant de la colonie de Charnissey, il doit négliger ses recherches parce qu’il se trouve chargé de deux communautés hostiles. La discorde provient de la mort d,une Indienne dans l’incendie d’une chapelle et surtout de l’existence d’une compagnie de colonisation parrainée par l’évêque. De plus, les deux communautés veulent avoir chacune leur église.