À chaque saison son visage

L’infiltration socioculturelle anglo-saxonne dans nos sociétés nous condamne-t-elle donc irrémédiablement à la pauvreté de l’expression, au bafouillage perpétuel, à la résignation et au mutisme des vaincus ? Font-ils preuve d’illogisme ou s’illusionnent-ils, ceux qui croient qu’un peuple qui se respecte doit respecter et vénérer sa langue, l’apprendre, s’y apprivoiser et chercher à en faire l’instrument de sa dignité et de son émancipation? 

 

 

 

 

Quantité
20.00$

Description

Né à Pointe-Verte au Nouveau-Brunswick, en 1935, d’un père aviculteur et d’une mère enseignante.

Études classiques au Collège de Bathurst – Baccalauréat ès Arts en 1955.

Études en histoire et en éducation aux universités de Montréal et de Moncton de 1960 à 1970 – Maîtrise en Éducation.

Trente-six ans de carrière dans l’enseignement public au Nouveau-Brunswick, dont 23 à l’École secondaire Nepisiguit de Bathurst à titre de professeur d’histoire et chef du secteur des Sciences humaines.

Retiré depuis 1994 à Petit-Rocher, où il habite depuis 1973.

L’infiltration socioculturelle anglo-saxonne dans nos sociétés nous condamne-t-elle donc irrémédiablement à la pauvreté de l’expression, au bafouillage perpétuel, à la résignation et au mutisme des vaincus ? Font-ils preuve d’illogisme ou s’illusionnent-ils, ceux qui croient qu’un peuple qui se respecte doit respecter et vénérer sa langue, l’apprendre, s’y apprivoiser et chercher à en faire l’instrument de sa dignité et de son émancipation?

Informations complémentaires

Poids 0.430 kg
Dimensions 23 × 15 × 1.5 cm
Auteur

Date de publication

Nombre de page

ISBN

Éditeur