Acadienne, originaire de Saint-Ignace, au Nouveau-Brunswick, Annette Johnson a vécu et travaillé en administration au Québec, à l’Île-du-Prince-Édouard et au Nouveau-Brunswick. Côtoyant le millieu des arts et passionée par les cultures, elle n’a jamais cessé de griffonner sur les coins de table des mots, des idées, des pensées, des poèmes et des histoires. Au bout de l’Inde est le récit d’un voyage réalisé en 2004 et d’un rêve qu’elle casserait depuis sa tendre jeunesse. Déjà, sa plume est à l’oeuvre ; une autre aventure singulière, cette fois-ci au Guatemala.

Un destin se dessine sous le ciel de Montréal. Je tombe amoureuse d’un Indien nouvellement arrivé au pays. Une période magique de quatre ans qui prend fin abec son retour en Inde… pour épouser la femme choisie pour lui. Mon amour fait surgir en moi le désir de connaître ce pays qu’il aimait tant et, plusieurs années plus tard, je débarque avec émotion dans ce pays enchanteur. Quel choc!

Décrire ce pays avec justesse? Pure follie. Quant à mes aventures, parfois hilarantes, parfois désastreuses, elles m’ont permis de découvrir ce merveilleur pays.

Mon admiration pour ce peuple respectueux et stoïque, sage et généreux est infinie. Il incarne, depuis l’aube des temps, une histoire hlorieuse, des valeurs éternelles et une spiritualité profonde. La philosophie de vie de cette nation génère un courant d’énergie capable d’élever le plus misérable de ses citoyens, Sa survivance est assurée.

Cependant, dans tout ce bouillonnement d’humanité, retrouverai-je mon bel amant?